Norris s’oppose à la FIA et tacle Pirelli après le GP d’Australie

Norris s’oppose à la FIA et tacle Pirelli après le GP d’Australie

©️ McLaren
Le Britannique n'a pas compris les décisions prises en fin de course à Melbourne et a particulièrement critiqué les pneus Pirelli.

par | 7 Avr 2023 | News F1

Comme beaucoup de pilotes, Lando Norris a critiqué la décision des commissaires de mettre un drapeau rouge en fin de course. Mais le Britannique est allé plus loin dans son analyse en abordant le manque d’adhérence des pneus Pirelli. Le pilote McLaren n’a ainsi pas épargné le manufacturier italien.

Norris a d’abord tenu à répondre aux critiques reçues par les pilotes après le carnage vu en fin de course. “Je n’ai rien contre eux, mais ils ne savent pas ce qui se passe à l’intérieur de la voiture“, a-t-il indiqué, dans des propos rapportés par The Race.

“Nous avons un pneu tendre à 65°C et je ne peux pas décrire le peu d’adhérence qu’il y a sur la piste. 65°C n’est pas une mauvaise température mais le pneu ne fonctionne pas, et sur cette surface avec cette température de piste, je ne peux pas décrire le manque d’adhérence. C’est pourquoi on voit tout le monde aller tout droit au virage 1 et bloquer.“

Un pneu pas digne de la F1 ?

“Le pneu tendre, à 65°C, n’offre littéralement aucune adhérence, si bien que vous devez freiner très tôt, ce qui provoque le chaos et des incidents“, poursuit Norris.

Mais si les pneus offraient un peu d’adhérence, on pourrait assister à une bonne course sans chaos, sans maladresses et autres choses de ce genre.”

Norris pas tendre avec Pirelli
Crédit : McLaren

“C’est tout simplement difficile. Je ne dirais pas qu’il s’agit d’une maladresse de la part de tout le monde, vous êtes en course et il n’y a pas d’adhérence, c’est aussi simple que cela.“

Lando Norris a même suggéré que le pneu utilisé en fin de course en Australie, n’avait pas sa place en F1. “Nous avons besoin d’un pneu qui nous donne plus d’adhérence et d’un pneu qui donne l’impression qu’il devrait être sur une voiture de Formule 1, au sommet du sport automobile, et pour le moment, dans une journée comme [dimanche], c’est assez terrible.“

Le spectacle privilégié pour Norris

“Je ne pense pas que le deuxième drapeau rouge était nécessaire“, analysait par ailleurs Norris. “J’ai eu l’impression qu’il ne restait que quatre tours à parcourir [et] qu’ils ne voulaient pas finir sous régime de Safety Car. [Cela] a provoqué une mauvaise fin de course.“

“Si nous avions terminé sous voiture de sécurité, cela aurait été plus simple, donc c’est un peu ennuyeux de ce côté-là, mais je pense que nous avons eu un peu de chance et que nous avons pris une position sur Gasly. Mais cela aurait pu être bien pire ».

“Le but du drapeau rouge, j’ai l’impression, était juste de faire le spectacle. J’ai l’impression que j’aurais pu être malchanceux sans raison.“

“J’ai l’impression que j’aurais pu facilement accrocher [Nico] Hülkenberg à la fin parce qu’il y a des gens qui sortent et qui font des manœuvres soudaines et d’autres choses comme ça.“

“Nous venons jusqu’en Australie, mais c’est tellement difficile de conduire 55, 56 tours parfaitement et parce qu’ils essaient de faire un spectacle, vous n’avez pas de chance et tout peut vous être enlevé d’un seul coup.

“C’est un aspect qui mérite d’être repensé. Je ne pense pas qu’il faille tout changer, mais juste repenser un peu les choses“, a conclu le pilote McLaren, qui a ouvert son compteur de points à Melbourne.


Pour ne rien manquer de l’actu F1, suivez également SecteurF1 sur Facebook en cliquant ici !

Lire aussi :

DERNIÈRES NEWS