Claire Williams révèle avoir souffert du “syndrome de l’imposteur”

Claire Williams révèle avoir souffert du “syndrome de l’imposteur”

©️ Williams
La fille de Frank Williams a fait part de certaines souffrances subies lorsqu'elle dirigeait l'écurie familiale.

par | 16 Avr 2023 | News F1

Directrice générale adjointe de l’écurie Williams entre 2013 et 2020, Claire Williams a eu la lourde tâche de succéder à son père Frank. La Britannique s’est confiée sur cette période, parfois compliquée, où les performances se sont petits à petits dégradées. Elle a en effet revendu Williams en 2020 alors que l’écurie terminait 10e et dernière du championnat constructeurs cette année-là.

Lorsque je me penche sur ma carrière, j’ai parfois du mal à croire que j’ai dirigé une écurie de Formule 1 pendant huit [saisons] et que, pendant une grande partie de cette période, j’étais la seule femme à le faire“, analyse Claire Williams, dans un article publié sur son profil LinkedIn.

La fille de Frank a ainsi révélé les nombreux doutes qui l’ont perturbés pendant qu’elle dirigeait Williams. “Je dois cependant avouer qu’au cours de mon mandat de directrice adjointe de l’équipe Williams, je me suis rarement dit : ‘Je mérite absolument d’être ici. Je mérite absolument ce travail’.

En tant que femmes, nous avons ce train de pensée inhérent où nous pensons que nous ne sommes pas assez bonnes ou que nous ne méritons pas d’être quelque part. C’est le syndrome de l’imposteur et j’en ai souffert“, poursuit-elle.

Claire Williams, une des rares femmes à avoir dirigé une équipe de F1
©️ Williams

Un syndrome qui a impacté sa période chez Williams

“Avec le recul, je regrette de ne pas avoir été plus forte avec moi-même à ce sujet.”

Pour les femmes dans le sport automobile, ou dans n’importe quel secteur, il faut absolument croire que l’on est assez bonne parce que l’on n’obtient un emploi que parce que quelqu’un pense que l’on est assez bonne.

“Le syndrome de l’imposteur peut avoir un effet négatif sur la confiance en soi. Et je pense qu’il a eu un impact sur la mienne à certaines occasions très précises. Cette petite voix dans ma tête devenait souvent plus forte lorsque j’étais assise autour de la table lors de réunions importantes ou lorsque je me présentais devant l’équipe.“

Claire Williams lors de son dernier Grand Prix à Monza en 2020
©️ Williams

Claire Williams regrette son manque de confiance

J’avais souvent l’impression que quelqu’un d’autre, plus âgé ou de sexe masculin, devait être là à ma place. Cette merveilleuse chose que l’on appelle le recul me fait souvent regretter de ne pas avoir été plus confiante, de ne pas avoir crié plus fort et d’avoir présenté des excuses.“

“Les femmes, en particulier dans le sport automobile, sont généralement entourées de plus d’hommes que de femmes. Et cet environnement peut, inévitablement, faire vaciller notre confiance à certains moments.“

“En tant que femmes sur le lieu de travail, nous devons nous pencher sur la question et nous assurer que notre voix est entendue. Nous battre pour obtenir cette promotion et cette augmentation de salaire parce que nous le méritons. Mais nous avons également besoin que nos dirigeants créent un environnement qui soutienne les choix que nous avons tous le droit de faire.“

Il existe des moyens pratiques pour que les entreprises y parviennent, ce qui améliorera la confiance et, donc les performances.


Pour ne rien manquer de l’actu F1, suivez également SecteurF1 sur Facebook en cliquant ici !

Lire aussi :

DERNIÈRES NEWS